Futur président, que ferez-vous pour les migrants

Futur président, que ferez-vous pour les migrants

Nous, citoyens de France et du Monde, solidaires avec les migrants, réfugiés et "sans- papiers" nous inscrivons en faux contre les politiques de suspicion et d'expulsion menées par nos dirigeants depuis des décennies.

  1. Nous demandons que soit reconsidérée en profondeur la capacité d'accueil de la France, que la politique de suspicion systématique autour du délit de solidarité soit arrêtée au plus vite et, qu’au contraire, les aidants, citoyens et associations, reçoivent le soutien de l’État et non sa vindicte.
    La Fraternité fait partie intégrante de notre devise nationale. C’est d’ailleurs cette fraternité qui anime les citoyens de plus en plus nombreux qui s’organisent pour mettre à l’abri des personnes en situation de détresse. Face à ces mouvements de solidarité, certains responsables politiques, croient nécessaire de poursuivre des citoyens qui font simplement œuvre d’humanité. Alors qu’au contraire, aider les « aidants » serait beaucoup plus efficace que les poursuivre en justice.
  2. Nous demandons que, face aux cruelles réalités de certains pays qui poussent à l’exil des êtres humains, de véritables infrastructures d’accueil soient mises en place, et qu'une écoute respectueuse et bienveillante des personnes se substitue à un acharnement bureaucratique et policier trop souvent rencontré.
    D’ailleurs un grand mouvement de solidarité est en train de naître autour des Centres d’Accueil et d’Orientation récemment créés partout sur le territoire ; De nombreux bénévoles se constituent en collectifs autour des réfugiés pour leur apporter les aides nécessaires : logement d’urgence, apprentissage de la langue, recherche d’emploi, tâches qui devraient être mieux soutenues par la collectivité et non pas réservées aux seules associations de bénévoles.
  3. Nous demandons que les mineurs isolés soient effectivement pris en charge par les services de l’État et les collectivités locales, et non plus écartés de leurs droits par des procédés dilatoires ou des tests osseux discutables.

Membre fondateur de l'Europe, la France se doit de donner le ton en matière d'accueil des étrangers.

Nous attendons beaucoup plus d’audace, de vision et de courage politique de la part des candidats à la Présidence de la République.

Nous vous demandons instamment de vous exprimer sur ce sujet durant votre prochaine campagne.